Perte d’appétit chez les séniors

Perte d’appétit chez les séniors

alimenation

La perte d’appétit est un symptôme fréquent chez la personne âgée chez qui le fonctionnement de l’organisme a tendance à se ralentir, la digestion se fait plus lentement, la transformation et l’utilisation des aliments également.

Evidemment, la personne âgée peut développer une des pathologies responsables d’anorexie. Cependant, en dehors de toute pathologie, la baisse d’appétit est due à des facteurs physiques et une composante psychologique est souvent associée.

La vieillesse entraîne des modifications qui influencent les mécanismes de faim et satiété :

  • – une diminution de la quantité des papilles gustatives (un tiers de moins que chez la personne jeune) qui peut modifier son sens du goût qui joue un rôle très important dans l’appétit ;
  • – une accélération de l’atrophie gastrique qui diminue la quantité de récepteurs et les capacités de réception et de digestion de l’estomac, entraînant une réduction des quantités ingérées.

 

Il existe également une diminution de la masse de l’intestin et une réduction de son activité, du volume et de l’irrigation du foie, ce qui conduit à réduire les capteurs évaluant la quantité de sucre disponible pour la cellule. Parfois une atrophie du cerveau peut aussi perturber les voies de conductions nerveuses de l’appétit.

La personne âgée a généralement une activité physique diminuée, voire très restreinte, ce qui réduit ses dépenses énergétiques, donc ses besoins alimentaires et son appétit.

S’ajoute à ces facteurs physiques une composante psychologique : la personne âgée qui est fatiguée ou qui vit seule sera moins motivée pour préparer un repas appétissant, c’est-à-dire coloré, goûteux et sentant bon, ce qui supprime tous les facteurs sensoriels de stimulation de l’appétit. De plus, le côté convivial du repas est annulé pour la personne seule.

La personne âgée en bonne santé modifie son comportement alimentaire en vieillissant mais la perte d’appétit n’est pas systématique.

Afin de maintenir un appétit permettant une alimentation équilibrée adaptée aux besoins d’une personne âgée, il est important :

  • – de maintenir une activité physique adaptée telle que la marche,… ;
  • – de garder des responsabilités sociales ou des simples contacts sociaux qui motivent à se tenir en forme et donc à manger ;
  • – de conserver au maximum des activités apportant la joie de vivre ;
  • – d’adapter son mode alimentaire à ses besoins et non à des conventions sociales. En effet, la personne âgée qui s’écoute fera, par exemple, plus volontiers plusieurs petits repas dès le matin tôt que trois gros repas aux horaires habituels.







      article précédentArticle suivant
      Top