8,2 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France

8,2 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France

 

la_pr__carit____mode_d_emploi_2724_north_554x

La pauvreté a encore augmenté en France constate l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes) dans son rapport 2011-2012. Cette accentuation de la pauvreté a des conséquences “lourdes, multiples et échelonnées dans le temps” souligne le rapport.

L’Onpes a analysé les données de 2009, les dernières disponibles (les chiffres de 2012 tomberont en 2014). A cette date, 13,5 % de la population – soit 8,2 millions de personnes – vivaient sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 60 % du revenu médian : 954 euros mensuels pour une personne isolée. 
Toujours en 2009, 11,2 millions de Français vivaient en situation de pauvreté monétaire, subissaient des privations matérielles sévères, ou encore n’avaient qu’une “très faible intensité de travail” selon l’expression de la Commission européenne dont la traduction signifie vivre de petits boulots, de travail à temps (très) partiel…

“L’observation des tendances de la pauvreté et de l’exclusion sociale depuis une dizaine d’années pointe d’abord des évolutions préoccupantes”. L’Onpes s’est particulièrement inquiété de la progression de la grande pauvreté avec 2 millions de personnes (3,3 % de la population) vivant avec moins de 640 euros par mois. 
Ce qu’il appelle “ le noyau dur de l’exclusion” en qui touche des familles monoparentales (dont le chef de famille est le plus fréquemment une femme), des hommes sans qualification touchés par le chômage de longue durée, des femmes âgées…

Par ailleurs, la proportion de travailleurs pauvre, ayant une activité professionnelle mais n’en retirant pas des revenus suffisants augmente également. Travailler ne suffit plus à se prémunir de l’exclusion et Jérôme Vignon, président de l’Onpes, estime qu’il “faut s’attendre en 2012 à une augmentation sensible du nombre de personnes en situation de pauvreté”.

Le système de protection sociale permet encore d’amortir le poids de la pauvreté. Sans les minimas sociaux – dont l’Onpes préconise le relèvement – sociales la proportion des personnes en situation de pauvreté serait supérieure de 8 points. 
Une simple règle de trois permet de calculer qu’elle dépasserait donc les 21 % soit 13 millions de personnes.

 

article précédent Article suivant
Top